Le 28 juin, vous êtes amenés à donner un nouveau cap à votre commune. Il est essentiel que vous soyez parfaitement informés.

Thierry Hascoët (Pouliguennais) : Bonjour Norbert Samama. Alain Doré et son équipe vous citent et vous critiquent durement dans leur tract du deuxième tour. Quelle a été votre première réaction ?

Norbert Samama : Lorsque l’on sort d’une période comme celle que nous venons de vivre, je pense que nos habitants attendent autre chose de leurs futurs élus. Puis, disons qu’il y a critique et critique. Celle qui nourrit le débat est parfaitement acceptable, voire constructive. À l’inverse, celle qui s’appuie sur des éléments mensongers et des suppositions n’est pas admissible. Je me contenterai donc d’exercer ici un droit de réponse afin de rétablir quelques vérités et de rappeler à quel point notre programme a été réalisé par des Pouliguennaises et des Pouliguennais, et pour eux.

TH : Quel est le coût de votre programme ?

NS : Notre programme est budgétairement réalisable, maîtrisé et sans aucune augmentation des impôts communaux , comme nous nous y sommes fermement engagés.

Notre programme est fondé sur une dépense d’investissement de 14M d’euros pour les 6 années à venir, chiffre inférieur à celui de notre concurrent. Rappelons qu’au cours des deux dernières mandatures, la dépense d’investissement a été de 15M d’euros par mandat. Nos budgets prospectifs 2020/2025 ont été construits par mes colistiers, dont Didier Brûlé, spécialiste des finances locales, ancien chef de division des finances publiques et collaborateur d’un cabinet au Ministère de l’Economie et des Finances sous la présidence de Jacques Chirac.

TH : En quoi votre programme est-il adapté à notre commune et mesuré ?

NS : Je rappelle, tout d’abord que le 4 mars, j’ai proposé, par écrit, à mes concurrents de débattre publiquement de nos programmes respectifs. M. Doré a refusé le débat. Mme Ganthier n’a jamais donné suite.

Notre programme est le fruit d’un important travail qui s’appuie sur une analyse approfondie des besoins de notre commune, ses capacités financières et un partenariat innovant. Et en cela, je félicite toute notre équipe, notre travail de recherche a été tel que nous sommes accompagnés de nombreux partenaires qui porteront directement l’investissement. Un exemple, la résidence de logements saisonniers dont la commune ne portera ni le coût de réalisation, ni la gestion. La gestion de la Maison de la Mer et des Océans ne sera pas non plus à la charge de la municipalité. Une belle preuve de reconnaissance de la qualité de nos partenariats a été faite pendant le confinement. J’ai été stupéfait d’apprendre que les colistiers de mon concurrent démarchaient nos partenaires dont le nom avait été donné en réunion publique aux fins de s’accaparer nos projets. Pour exemple, ils ont relancé par écrit à trois reprises l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO), alors même que ce dernier était en forte tension. La réponse faite par l’ICO, a été claire et sans appel : «Ce soutien a été accordé au candidat qui a manifesté spontanément un intérêt pour ce sujet».

L’intégralité des projets que nous présentons a été étudiée tant en termes de faisabilité que de coûts. Je mets au défi les autres candidats de présenter des études urbaines ou financières aussi abouties que les nôtres. Nous avons été audacieux et au service d’une vision porteuse d’avenir qui préserve notre identité et notre qualité de vie tout au long de l’année.Quant aux « 150 logements sociaux» évoqués par mon concurrent dont la commune ne portera ni le coût, ni la vente, ce chiffre est faux. Il faut non seulement le diminuer sensiblement et rappeler qu’il s’agit de petits programmes de vente de logements destinés à de jeunes familles et de jeunes actifs sous la forme de bail réel solidaire et non de location-accession sociale : conditions d’achat très abordables, réservés aux résidents principaux, sans spéculation foncière.

Notre équipe veut relancer la dynamique de notre commune et pour cela, elle assume le choix de présenter un programme pertinent et résolument tourné vers demain. Stagner, c’est reculer puis disparaître.

TH : Votre programme a-t-il été modifié ?

NS : C’est ce qu’affirme mon concurrent mais cette allégation est fausse. Notre programme inchangé conserve toute sa pertinence et a été enrichi par des actions post-covid , conformément à notre dernier courrier aux Pouliguennais.

TH : Quel est votre positionnement par rapport aux communes voisines ?

NS : Nous voulons que Le Pouliguen rayonne au profit de ses habitants et retrouve sa juste place au sein de la presqu’île , en harmonie avec l’intercommunalité. Le Pouliguen n’a pas vocation à rester dans l’ombre de La Baule. Le Pouliguen est un fleuron de la Presqu’île et il doit le démontrer à chaque instant.

TH : Quelle est la liste du renouveau ?


NS : Notre programme est adapté à notre époque et à ses nouvelles exigences : dès maintenant, nous exposons publiquement les affectations et les objectifs de notre budget, en toute transparence. Ce qui se traduira par une communication financière publique et permettra d’initier des processus de concertation pour les projets structurants. A mon sens, c’est cela « le renouveau », et sans qu’il y ait la nécessité de revendiquer l’héritage de quiconque, bien au contraire ! Il est temps d’aller de l’avant avec maîtrise, conviction et en associant tous les Pouliguennais.

TH : Un mot pour conclure ?

NS : L’ambition de notre équipe a toujours été et sera toujours d’œuvrer au service du Pouliguen. Protéger, accompagner et dynamiser pour une commune vivante et familiale, avec des services à la personne adaptés, des nouvelles familles et des écoles remplies, un environnement préservé et valorisé, une économie locale dynamique, des modes de déplacement doux et fonctionnels, une vie culturelle riche et variée tout au long de l’année. Durant toute cette campagne, nous avons toujours tenu à ce que notre action s’inscrive dans une démarche de vérité et de transparence et nous n’avons eu d’autres objectifs que de présenter un projet porté par une équipe engagée et experte, laissant, en toute sérénité, le choix à nos concitoyens entre trois propositions différentes. Dans une démocratie, le vote est libre, les électeurs le sont aussi. Je me garderais donc bien de faire une recommandation ou de donner une quelconque leçon sur le « vote utile ».


Le choix des Pouliguennaises et des Pouliguennais est fondamental pour notre avenir et unique dans une élection désormais à un tour. Ils s’exprimeront en toute conscience le 28 juin prochain.

Toute l’équipe Le Pouliguen Autrement – Partageons Demain vous dit à dimanche !


Nota Bene :

  • N’hésitez pas à visionner nos réunions publiques sur notre page Facebook, site Internet www.lepouliguenautrement.fr ou chaîne faceBook et YouTube « Le Pouliguen Autrement Partageons Demain ».
  • Faute de conditions sanitaires suffisamment stabilisées, nous n’avons voulu prendre aucun risque pour la santé des Pouliguennaises et des Pouliguennais, c’est pourquoi nous n’avons pas jugé opportun d’organiser une 5 ème réunion publique entre les deux tours.

1